TWF Entrevue exclusive avec le styliste en chef jorge joao

Depuis combien de temps êtes-vous un artiste Redken?

Très bonne question, et c’est difficile à dire, mais je dirais environ 13 ou 14 ans.

Combien de fois avez-vous travaillé à la Semaine de la mode de Toronto?

Depuis le tout premier jour! J’en suis à ma 16e saison.

Can you walk me through your responsibilities as a Lead Stylist?

On commence par rencontrer les designers pour qui nous aurons à créer des looks ; nous avons une journée préparatoire au cours de laquelle on discute de l’histoire qu’ils veulent mettre en scène. Ils s’inspirent de visuels que l’on étudie avec rigueur avant de faire un test de coiffure sur un modèle et de créer un look qui correspond à ce que recherche le designer. À partir de là, nous créons un lookbook et planifions les coiffures avec tous les visuels rassemblés, nous réunissons une équipe de stylistes talentueux et les invitons à une journée de formation afin qu’ils puissent se familiariser avec le lookbook. Puis, les stylistes en chef forment les membres de l’équipe, en s’assurant que chacun vit une expérience agréable et est prêt pour les nombreux défilés à venir qui donneront vie à la vision du designer.

Le remue-méninges s’avère quelquefois un échange réciproque, selon les designers avec qui vous travaillez. Certains d’entre eux ont une vision assez claire de ce qu'ils veulent, et ils attendent simplement notre opinion pour s'assurer qu’on voit les choses de la même façon. Parfois, ils nous demandent ce que nous en pensons, et parfois ils ont déjà une idée globale à laquelle nous réfléchissons en équipe pour la concrétiser.

Parlant de planification, à quel point est-ce difficile de changer la coiffure des modèles?

Si les modèles font deux défilés en ligne, c’est assez difficile. Je me souviens d’une fois où nous avions 12 mannequins à qui nous devions changer la coiffure en 12 minutes!

Quelle est la meilleure façon de «refaire» la coiffure d’un mannequin en un si court laps de temps?

Eh bien, pour commencer, il faut être bien préparé, être conscient de la transformation à effectuer, et savoir quels produits utiliser pour défaire une coiffure et en créer une autre rapidement. Il faut s’organiser pour que le premier look permette de créer le suivant. Chaque mouvement compte, même le simple fait de tendre une épingle à cheveux. Chaque styliste doit bien jouer son rôle.

katrinasmiley

Quels sont les principaux looks de cette saison?

La question qu’on me pose le plus souvent est «Quelle est la tendance?». Mais tout n’est pas nécessairement question de tendance. Les designers veulent raconter une histoire à travers leurs collections, ils veulent se démarquer. Le look d’ondulations effet plage à la texture naturelle demeure omniprésente, parce que les designers sont toujours à la recherche de looks qui reflètent une beauté naturelle. Ils souhaitent que la beauté des mannequins parle d’elle-même et que les femmes puissent s’identifier à des coiffures faciles à réaliser et à porter au quotidien.

Mais il y a aussi des designers qui veulent repousser les limites. Ils veulent exploiter le plein potentiel texturisant d’un produit coiffant, que ce soit pour créer un wet-look ou une texture de cheveux du lendemain. Les gens se mettent davantage de produits coiffants dans les cheveux pour arriver à obtenir ce look naturel.

Oui, je les ai essayés et je les adore ! Je pense qu’il y a indéniablement un marché et de la demande pour ce type de produit. J’aime beaucoup combiner différentes textures de cheveux. Comme je le mentionnais tout à l’heure, les consommatrices recherchent ce type de produit qui leur permet de créer un look du lendemain ou du surlendemain. Ces produits donnent de l’adhérence et de la texture, sans excès et sans alourdir les cheveux, ce qui permet d’avoir une certaine légèreté.

jorge_joao1

Si vous ne pouviez apporter que trois produits Redken à la Semaine de la mode, quels seraient-ils?

Je dirais Fashion Work 12, Guts 10 un spray mousse pour plus de volume, et Fashion Waves 07, un spray fixant léger au sel de mer.

Vous souvenez-vous de votre première fois à la Semaine de la mode ? Comment ça s’est passé?

Ce fut l’une de mes expériences les plus éprouvantes ! J'avais déjà fait plusieurs défilés de mode auparavant, mais à titre de coéquipier seulement, ce n’est pas moi qui dirigeais toute l'équipe. Alors vous êtes un peu dans l’ombre, vous faites partie de l'équipe, vous faites bien votre travail, mais ça s’arrête plus ou moins là. La première fois que j’étais en charge d’un défilé, c'était tout à fait autre chose ! J'ai eu la chance d'être entouré des bonnes personnes. J'avais une équipe extraordinaire avec des gens très positifs et loyaux qui m'ont poussé à me surpasser, alors tout était en place pour réussir.

Combien de fois avez-vous travaillé à la Semaine de la mode de New York, et en quoi était-ce différent de Toronto?

J’en suis à ma dixième saison à la Semaine de la mode de New York, et c’est indéniablement un événement à plus grande échelle. Ici à Toronto, c’est plutôt un festival où tout le monde est réuni dans un même lieu et où tout se passe à proximité. À New York, les défilés ont lieu partout dans la ville, et l'on peut traverser celle-ci en quelques heures. Il y a beaucoup de marques qui font des défilés dans des endroits éloignés, insolites et originaux pour avoir plus d’impact. La plupart des gens pensent que c’est toujours prestigieux, mais nous avons eu à travailler dans des endroits des plus bizarres parce que les designers aiment faire leurs défilés dans des lieux insolites de New York.

 Jorge Joao2

Donnez-moi un exemple.

Par exemple, nous avons eu à faire des coiffures dans le fond d’une vieille église où nous devions tous nous partager deux prises murales électriques ! Il y a eu aussi des celliers ou des lieux abandonnés où l'on devait surveiller où on mettait les pieds, des entrepôts au milieu de nulle part, etc. Par ailleurs, il y a aussi des endroits magnifiques avec un studio spécialement conçu pour vos besoins en matière de coiffure. Tout ça pour dire que vous pouvez choisir la facilité, ou vous pouvez choisir de relever le défi de ce qui se présente sur votre chemin.

Comment est-ce de travailler avec le directeur Création international de Redken, Guido Palau?

Guido est très rigoureux. Étant donné qu’il travaille toujours sur d’importants défilés, le niveau d’intensité et d’énergie est très élevé, et tout le monde fait de son mieux. Et croyez-le ou non, Guido est très calme et posé, même si le rythme est très rapide et que tout le monde autour de lui s’active pour que le travail soit fait. Avec Guido, les choses vont bon train.

Quel est l’un de vos meilleurs moments à la Semaine de la mode?

Dans mon salon, j’ai accroché une photo qui immortalise ce moment inoubliable ! Nous avions un mannequin que nous devions, encore une fois, recoiffer rapidement. C’était très complexe, car nous n’avions littéralement pas de temps pour le faire. La photo dont je vous parle a été prise en pleine action et montre huit stylistes autour d’une mannequin. Si vous regardez rapidement, il est difficile de s’imaginer la scène, mais si vous y prêtez davantage attention, vous pouvez voir le modèle en plein centre avec toute l’action tournée vers elle, que ce soit pour faire ses cheveux, son maquillage, ses ongles. Nous pensions vraiment que nous n’y arriverions jamais, mais finalement nous avons réussi : les épingles à cheveux et les produits virevoltaient, mais la mannequin était prête juste à temps pour défiler! C’était un moment inoubliable.

Jorge Joao3

À quel point est-ce mouvementé dans les coulisses?

C’est le concept de «se dépêcher et attendre».

Il y a des moments où vous pouvez vous détendre en attendant, et puis il y a des moments où c’est la folie furieuse. Parfois, les choses s'accumulent et vous prenez du retard parce qu'il y a beaucoup d’éléments qui entrent en ligne de compte comme le maquillage, les tenues vestimentaires, les mannequins qui entrent, etc. Le travail s’intensifie, et quand les défilés arrivent les uns après les autres, vous n'avez même pas le temps de réfléchir. J'ai eu des journées de dix heures qui m'ont paru être une heure et demie, et l'on se demande où est passé le temps. J’ai déjà porté un podomètre qui m’a confirmé qu’à la fin de la journée, j'avais parcouru 13 000 pas dans ce petit espace restreint qu’est l’arrière-scène. Même si c'est à la fois agité et fou, il n'y a rien de tel que la sensation que l'on ressent une fois la journée terminée et que l’on célèbre avec son équipe la réussite d’avoir survécu. Je ne l'échangerais pour rien au monde!

Quelles sont les principales différences entre coiffer une mannequin pour la Semaine de la mode et coiffer les cheveux d’une cliente en salon?

Ce sont deux univers complètement différents ! Au salon, votre cliente est la cliente, alors que dans les coulisses de la Semaine de la mode, la cliente est le designer et la mannequin est la toile de fond. Vous respectez évidemment la toile de fond parce qu’elle fait partie de l’art, mais en fin de compte, votre objectif est de faire plaisir à la cliente (le designer). La relation qu’il y a entre vous et la toile de fond est excellente, mais elle n’est pas aussi indispensable et ne se rapprochera jamais de celle que vous entretenez avec votre cliente au salon, qui est une relation interpersonnelle.

Quel est votre look signature incontournable des défilés?

J’adore les nœuds, les torsades et tout ce qui implique l’enveloppement des cheveux. Ça me plaît parce que ce sont des looks qui semblent difficiles à réaliser, mais qui pourtant, lorsqu’on en explique à quelqu’un chacune des étapes, il y a toujours une réaction de surprise face à la simplicité de la chose. Il suffit de s'exercer encore et encore.

redken

Quelle importance a Redken pour vous?

En toute sincérité, je peux dire que Redken représente une grande partie de ma vie et a fait de moi qui je suis aujourd’hui. Cette marque a dessiné ma carrière, l’être humain et l’homme que je suis avec ma famille et mes amis. Je considère véritablement Redken comme ma famille parce que j'ai probablement passé, à certains moments de ma vie, davantage de temps dans un environnement Redken qu’avec ma propre famille. Nous avons traversé des moments de folie, j'ai vécu des expériences inoubliables avec Redken. Elle fait partie de mon ADN, et je peux affirmer que je suis qui je suis grâce à cette marque.

Pour terminer, quels conseils donneriez-vous aux artistes en herbe qui souhaitent pouvoir un jour travailler dans les coulisses?

Allez-y, osez ! Ça peut faire peur et être intimidant, vous ferez des erreurs, mais vous devez tout donner. Faites-vous voir, faites du bénévolat, consacrez le temps nécessaire ; les choses n’arriveront pas du jour au lendemain, alors soyez patients. Les gens souhaitent la solution rapide et pensent que parce qu’ils auront travaillé pour un spectacle, les portes de la Semaine de la mode de New York leur seront grandes ouvertes. J’ai donné beaucoup de mon temps, sans rémunération, j’ai investi beaucoup de temps, j’ai travaillé avec des gens juste pour acquérir l’expérience ; avec de la patience et de la pratique, les choses finissent par arriver. Si je pouvais retourner en arrière et faire les choses différemment, je me serais exposé plus tôt, dès que j’ai commencé à me sentir ancré dans la coiffure.

Soyez toujours à l’affût. Je fais ça depuis longtemps pourtant, mais j’en veux toujours plus!

redken2

Les cookies de navigation nous permettent d’améliorer votre expérience sur ce site.

En navigant notre site web, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies.